Œdème pulmonaire

21 janvier 2021 par

Œdème pulmonaire

L’œdème pulmonaire ou œdème du poumon est généralement la conséquence d’un type particulier d’insuffisance cardiaque, l’insuffisance ventriculaire gauche, associée à une hypertension au niveau de la veine pulmonaire. Il provoque des troubles respiratoires souvent importants, associés à d’autres symptômes. Très étroitement relié à la fonction cardiaque, le traitement en urgence de l’œdème pulmonaire repose sur une prise en charge médicale de la cause et sur des techniques d’assistance respiratoire pour maintenir les fonctions ventilatoires du patient.

Définitions et symptômes de l’Œdème pulmonaire

Qu’est-ce que l’œdème pulmonaire ?

schéma pour représenter un Œdème pulmonaireL’œdème du poumon, ou œdème pulmonaire, se définit par l’accumulation de liquides dans les espaces extravasculaires des poumons. Ce phénomène entraîne une inondation des alvéoles pulmonaires, capable de provoquer une insuffisance respiratoire aiguë. L’œdème du poumon peut être la conséquence d’une insuffisance cardiaque préexistante, non diagnostiquée, non traitée ou qui s’aggrave, ou apparaître sans affection préexistante.

L’œdème du poumon peut être aigu (il apparaît brutalement) ou chronique (il dure dans le temps).

À savoir ! Œdème pulmonaire et insuffisance cardiaque. L’insuffisance cardiaque se définit comme l’incapacité du cœur à assurer correctement la fonction cardiaque de pompe. L’insuffisance cardiaque droite est généralement associée à l’embolie pulmonaire, tandis que l’insuffisance cardiaque gauche entraîne un œdème pulmonaire.

Au niveau des mécanismes physiopathologiques, l’œdème pulmonaire aigu peut résulter d’une augmentation brutale de la pression de remplissage dans le ventricule gauche du cœur (œdème pulmonaire cardiogénique). Cette augmentation entraîne un déplacement du plasma (la partie liquide du sang) des capillaires sanguins qui irriguent les poumons vers les espaces interstitiels et les alvéoles. L’œdème du poumon correspond donc en pratique à un envahissement des alvéoles par du liquide, alors qu’elles sont habituellement remplies d’air. Une autre forme d’œdème pulmonaire, l’œdème pulmonaire lésionnel, est observé lorsque l’origine de l’infiltration de liquide est une lésion directe des poumons. Cette seconde forme est également appelée le syndrome de détresse respiratoire aigu de l’adulte.

L’œdème du poumon peut survenir chez les hommes, comme chez les femmes, à tous les âges de la vie. Néanmoins, il est plus fréquent dans la seconde moitié de la vie. Les causes les plus fréquentes d’œdème pulmonaire sont les suivantes :

  • Une ischémie coronarienne aiguë, c’est-à-dire un arrêt de la circulation sanguine dans les artères coronaires, l’exemple le plus fréquent étant l’infarctus du myocarde ;
  • La décompensation d’une insuffisance cardiaque préexistante (aggravation de la maladie, non-respect des traitements, excès alimentaires, …) ;
  • Des troubles du rythme cardiaque;
  • Des pathologies aiguës affectant les valves cardiaques (valvulopathies) ;
  • Une surcharge volémique aiguë (excès de volume dans la circulation sanguine), par exemple suite à des perfusions intraveineuses.

Quels symptômes ?

L’œdème du poumon se manifeste par différents symptômes qui doivent immédiatement interpeler les patients ou leur entourage :

  • Des troubles respiratoires importants, avec une gêne respiratoire souvent extrême associée à une sensation d’étouffement ;
  • Des bruits respiratoires, faisant penser à des sifflements caractéristiques de l’asthme ;
  • Une production excessive de sueur ;
  • Une toux avec des crachats rosés (traces de sang) et mousseux (signes non systématiques) ;
  • Une agitation ;
  • Une anxiété ;
  • Une pâleur associée à une cyanose des extrémités (coloration bleue du visage et des extrémités) ;
  • Une accélération du pouls ;
  • Une tension artérielle variable, soit trop faible, soit trop élevée.

L’existence d’une tension artérielle faible (hypotension artérielle) constitue un signe de mauvais pronostic pour le patient. De même, des signes d’insuffisance cardiaque droite peuvent survenir, tels que :

  • Une distension des veines du cou ;
  • Des œdèmes périphériques (membres supérieurs et inférieurs).

Diagnostic et traitements de l’Œdème pulmonaire

Quel diagnostic ?

médecin qui regarde une radiographieQuelle qu’en soit la cause et les symptômes, l’œdème pulmonaire constitue une urgence médicale qui nécessite une consultation médicale en urgence et une prise en charge adaptée dans un service hospitalier.

Le diagnostic de l’œdème du poumon est essentiellement clinique, puisque les symptômes principaux (gêne respiratoire extrême et râles respiratoires) sont généralement très évocateurs de l’affection. Plusieurs examens complémentaires sont mis en œuvre pour confirmer le diagnostic et surtout déterminer l’origine de l’œdème :

  • Une radiographie thoracique, qui révèle l’infiltration de liquide dans les alvéoles pulmonaires ;
  • Un électrocardiogramme (ECG), qui peut mettre en évidence un accident ischémique cardiovasculaire ;
  • Une échographie cardiaque pour révéler d’éventuelles atteintes du cœur (anomalies des ventricules, des valves cardiaques, augmentation du volume du cœur, …) ;
  • Le dosage de plusieurs marqueurs sanguins, tels que :
    • Les marqueurs cardiaques comme le peptide natriurétique sérique cérébral (BNP, brain natriuretic peptide) ou N-terminal pro-BNP (NT-pro-BNP), qui augmentent fortement en cas d’œdème du poumon ;
    • Une formulation sanguine ;
    • Les marqueurs de l’inflammation ;
    • Les gaz du sang artériel (oxygène et dioxyde de carbone) ;
    • Un ionogramme sanguin et urinaire (dosage des électrolytes du sang et des urines) ;
    • Un bilan de la fonction rénale (dosage sanguin et urinaire de l’urée et de la créatinine) ;
    • Des examens spécifiques pour rechercher certaines causes particulières.

À savoir ! Certaines pathologies chroniques, comme la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), peut provoquer des symptômes proches de ceux d’un œdème pulmonaire. La recherche d’antécédents connus de BPCO est donc essentielle pour affirmer le diagnostic d’œdème du poumon.

La complication la plus grave de l’œdème du poumon est le choc cardiogénique, qui correspond à une défaillance aiguë de la pompe cardiaque, entraînant des désordres hémodynamiques, métaboliques et viscéraux. Pouvant provoquer un collapsus cardiovasculaire, le choc cardiogénique met en jeu le pronostic vital du patient.

Quels traitements ?

Le traitement de l’œdème du poumon, instauré dès que possible dans un service hospitalier de soins intensifs repose sur deux aspects complémentaires :

  • Le traitement de la cause identifiée de l’œdème pulmonaire:
    • Une thrombolyse ou une angioplastie coronaire percutanée directe, avec ou sans pose de stent, en cas d’infarctus du myocarde ;
    • L’administration intraveineuse de médicaments vasodilatateurs en cas d’hypertension artérielle sévère ;
    • Une cardioversion (choc électrique externe consistant à faire passer de manière brève et volontaire un courant électrique dans le cœur afin de rétablir un rythme cardiaque normal) en cas de graves troubles du rythme cardiaque ;
  • Le traitement de l’œdème en lui-même par:
    • Une oxygénothérapie avec de l’oxygène à 100 % par masque, voire une ventilation assistée après intubation trachéale chez les sujets de détresse respiratoire aiguë ;
    • L’administration de nitrates par voie sublinguale puis intraveineuse ;
    • L’administration de médicaments diurétiques pour évacuer le surplus de liquide ;
    • Des médicaments pour traiter certaines formes d’insuffisance cardiaque (médicaments inotropes en intraveineuse destinés à stimuler la fonction cardiaque de pompe) ;
    • L’administration de morphine pour soulager les douleurs, réduire l’anxiété et limiter l’effort respiratoire (ce traitement est aujourd’hui de moins en moins utilisé).

En cas de choc cardiogénique venant compliquer l’œdème du poumon, d’autres médicaments peuvent être administrés, notamment de la dobutamine en intraveineuse.

Une fois l’épisode aigu contrôlé par les médicaments, un traitement à long terme de l’insuffisance cardiaque est mis en place.

À savoir ! Des médicaments plus récents ont fait l’objet d’essais cliniques pour évaluer leur efficacité et leur tolérance dans la prise en charge de l’œdème pulmonaire. Mais à ce jour, aucun de ces médicaments n’a démontré une efficacité et une tolérance supérieures aux traitements actuellement utilisés.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Œdème du poumon. msdmanuals.com. Consulté le 8 janvier 2021.
– Item 250 : Œdème aigu pulmonaire. campus.cerimes.fr. Consulté le 8 janvier 2021.
– L’ŒDÈME AIGU DU POUMON. sofia.medicalistes.fr. Consulté le 8 janvier 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.