Menu de fêtes et allergies alimentaires chez les enfants

Actualités Allergie Troubles alimentaires

Rédigé par Dina H., publié le 17 décembre 2018 et mis à jour le 24 décembre 2021

Afin de préserver la magie de Noël, les parents d’enfants ayant des allergies alimentaires doivent rester vigilants pendant cette période de repas de fête. Quels sont les mets de Noël associés aux allergies ou aux intolérances alimentaires ? Les accidents surviennent-ils toujours en l’absence des parents ? Petite revue avant dégustation…

Allergies alimentaires

Menus de fêtes : attention aux allergies et intolérances alimentaires

Pendant les fêtes de fin d’année, les excès alimentaires nous guettent mais aussi, pour ceux qui sont les plus sensibles, les allergies ou les intolérances alimentaires.

En cas d’allergie, le système de défense de l’organisme réagit par des manifestations inflammatoires souvent brutales. À tout âge, l’allergie alimentaire peut causer des réactions anaphylactiques.

À savoir ! Une réaction anaphylactique est la manifestation la plus sévère de l’allergie et correspond à une réaction généralisée, à risque de récidive. Elle peut prendre la forme d’un œdème de Quincke, d’urticaire, de problèmes digestifs, de difficultés respiratoires, malaise voire de perte de conscience. Cette réaction est potentiellement mortelle et constitue une urgence médicale absolue. Les aliments sont responsables, dans 60% des cas, de l’anaphylaxie.

Les intolérances alimentaires provoquent, quant à elles, des symptômes ayant une sévérité moins importante et qui apparaissent non pas subitement mais progressivement dans le temps. C’est le cas, par exemple, de l’intolérance au lactose ou au gluten.

Pendant les fêtes, quels sont les aliments allergènes qui s’inscrivent dans le menu ?

Au moment de l’apéritif, il ne faut pas oublier que l’arachide (ou cacahuète) est seconde au classements des allergies alimentaires chez les enfants de moins de 15 ans. Du côté des fruits à coques, mieux vaut être vigilant face aux noix de cajou et de pécan, aux amandes ou aux pistaches.

Ensuite, il faut rester attentif face au plateau de fruits de mer avec ses crevettes, huitres, palourdes, crabes et langoustines. L’allergie aux crustacés se manifeste sous toutes les formes possibles : urticaire, œdème de Quincke, asthme et même troubles digestifs.

À savoir ! L’œdème de Quincke est un gonflement rapide de la peau et des muqueuses au niveau de la tête et du cou. Il est la conséquence d’une réaction inflammatoire ou allergique. Si des difficultés respiratoires, malaises ou symptômes digestifs lui sont associés, il doit être pris en charge rapidement par un service d’urgence.

Autres aliments à surveiller : le lait de vache contenu dans les fromages mais aussi dans les desserts comme la bûche glacée ou la bûche pâtissière.

Pour les allergiques aux œufs, les allergologues conseillent de ne pas consommer d’œufs mi-cuits, retrouvés notamment dans les meringues et glaçages.

Sensibiliser aux allergies alimentaires

Selon une étude canadienne publiée dans la revue Pediatric Allergy and Immunology, 31,5% des réactions anaphylactiques à un allergène connu surviennent chez les enfants en dépit de la présence d’un parent ou d’un adulte. Autre fait remarquable : dans 65% des cas, l’adulte superviseur n’était pas le parent de l’enfant.

À savoir ! L’anaphylaxie est définie dans cette étude comme étant une réaction impliquant au moins deux systèmes de l’organisme et/ou une chute soudaine de la pression artérielle.

La place de l’étiquetage des aliments a également été évoquée dans ces travaux. La majorité des réactions aux aliments étiquetés ont eu lieu lorsque les mentions sur le produit n’ont pas été prises en compte.

Face à ces constats, il est important de sensibiliser les enfants et leur entourage (famille, professeurs, animateurs de centre de loisirs, etc.), aux allergies alimentaires. En plus d’avoir connaissance des aliments à éviter, ils doivent être en mesure de :

  • Reconnaitre les signes d’alerte des réactions anaphylactiques chez l’enfant
  • Connaitre la réaction à avoir en cas de suspicion d’anaphylaxie (ou choc anaphylactique) :
    • Contacter immédiatement les secours, en composant le 15 (SAMU), le 18 (pompiers) ou le 112 (numéro d’urgence européen).
    • Si l’enfant possède un stylo injectable d’adrénaline prescrit par son médecin, savoir comment l’administrer. Les secours pourront vous demander de l’utiliser en attendant leur arrivée.

Publié le 17 décembre 2018 par Julie P. Mis à jour par Dina H., Pharmacienne, le 24 décembre 2021

Sources
– Food-induced anaphylaxis to a known food allergen in children often occurs despite adult supervision. onlinelibrary.wiley.com. Consulté le 22 décembre 2021.
– L’anaphylaxie. inserm.fr. Consulté le 22 décembre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.