Sclérose en plaques : les signes qui annonceraient l’arrivée de la maladie

Actualités Neurologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 31 juillet 2018

Environ 5 000 nouveaux cas de sclérose en plaques (SEP) sont diagnostiqués chaque année en France. De multiples questions restent posées sur les origines précises de cette maladie. Certains signes avant-coureurs seraient-ils capables de prédire la survenue d’une SEP dans les mois et les années qui suivent ? Une récente étude canadienne tend à répondre positivement à cette question.

signes avant-coureurs sep

A l’origine de la SEP

Le diagnostic de sclérose en plaques (SEP) tombe souvent comme un couperet pour les patients. La question de l’origine de la maladie figure souvent en tête de leurs préoccupations dans les premiers mois qui suivent la maladie.

Les recherches menées sur les causes exactes de la SEP tendent à montrer que cette maladie, à la fois auto-immune et neurodégénérative, pourrait être liée à certaines infections ou à certains facteurs environnementaux.

Dans ce contexte, des chercheurs canadiens ont tenté de déterminer si des signes avant-coureurs de la maladie pouvaient être identifiés, pour prédire le développement d’une SEP plusieurs mois ou plusieurs années à l’avance. Leur étude s’est basée sur l’analyse des données médicales de 13 951 personnes atteintes de sclérose en plaques et de 66 940 personnes en bonne santé. Leurs conclusions viennent d’être publiées dans la revue scientifique Multiple Sclerosis Journal.

Lire aussiSclérose en plaques de l’enfant : le fingolimod autorisé aux USA

Des problèmes de santé qui annoncent l’arrivée de la SEP

Les résultats de l’étude ont mis en évidence que les patients développant une sclérose en plaques (SEP) étaient plus susceptibles de présenter certaines maladies ou problèmes de santé, au cours des cinq années qui précédaient leur diagnostic.

Ainsi, bien avant leur diagnostic de SEP, les personnes atteintes de la maladie avaient un risque majoré de présenter les problèmes de santé suivants :

Parallèlement, la période précédant le diagnostic de SEP semblait marquée par une consommation plus importante de certaines classes médicamenteuses, telles que :

  • Les médicaments contre les troubles musculo-squelettiques ;
  • Les médicaments contre les troubles du système nerveux, notamment les antidépresseurs ;
  • Les médicaments contre les troubles génito-urinaires ;
  • Les médicaments contre les infections, en particulier les antibiotiques.

Lire aussiTravailler avec une sclérose en plaques, c’est possible !

Des signes avant-coureurs à une prise en charge précoce

Cette étude canadienne est la plus importante menée à ce jour pour identifier les troubles annonciateurs de la sclérose en plaques. Des études similaires avaient déjà été réalisées pour d’autres pathologies, comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

Les chercheurs poursuivent désormais leurs investigations pour déterminer si ces signes avant-coureurs de SEP sont influencés par d’autres paramètres, comme :

  • Le sexe ;
  • L’âge ;
  • La forme de SEP (rémittente-récurrente, progressive, …).

Mieux connaître les problèmes de santé qui précèdent la survenue de la sclérose en plaques représente un enjeu important. En effet, la connaissance de tels signes annonciateurs peut faciliter le diagnostic, et donc permettre une prise en charge plus précoce. L’instauration le plus tôt possible des traitements adaptés est considérée par les spécialistes comme la meilleure stratégie pour ralentir autant que possible la progression de la maladie.

Lire aussiSclérose en plaques : vers un nouveau traitement pour régénérer les nerfs ?

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Five years before multiple sclerosis onset: Phenotyping the prodrome. Wijnands, José M.A. and al. 2018. Multiple Sclerosis Journal.
  • Monique Jansen says:

    Dans mon cas, je suis pratiquement certaine que la monocluéose de mon ex-conjoint faite 1 an 1/2 avant, a muté chez moi en SEP. Après ce temps, j’avais encore des traces de la maladie (Eptein-Barr) dans mon sang. Grande faute à pas de chance. Je ne me souviens d’aucune maladie ayant pu me rendre vulnérable à la SEP étant enfant. J’avais 26 ans en 1998 et un avenir … A l’époque, être mère m’a été déconseillé. J’ai annulé mon mariage suivant la nouvelle de peur de la chaise roulante et de la dépendance …

    Reply
  • Bonjour est ce qu’il y a des recherches concernant la sclérose en plaques si oui les résultats sont-ils encourageants ? Merci

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      La recherche sur la sclérose en plaques est très active dans le monde.
      Régulièrement, de nouveaux traitements sont mis au point et les chercheurs en apprennent de plus en plus sur les causes et les mécanismes. Mais il reste encore du chemin à parcourir pour guérir la maladie.
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.