Chlamydia, herpès génital, gonorrhée, comment les différencier ?

Actualités Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Estelle B. et publié le 16 janvier 2023

Les hommes comme les femmes peuvent contracter différentes infections sexuellement transmissibles (IST), certaines totalement asymptomatiques, d’autres avec des signes cliniques caractéristiques. Les conséquences sur la santé sont également très variables, mais le dépistage et un traitement adapté de ces infections sont dans tous les cas essentiels pour limiter leur transmission aux partenaires sexuels. Santé Sur le Net fait le point sur la différence entre les principales infections sexuellement transmissibles.

différencier les infections sexuellement transmissibles

Quelles sont les infections sexuellement transmissibles (IST) ?

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles regroupent un ensemble très varié d’une trentaine d’infections, qui ont toutes pour point commun de se transmettre par voie sexuelle, avec ou sans pénétration :

  • Des infections dues à des bactéries :
  • Des infections dues à des virus :
  • Des infections dues à des parasites, comme les Trichomonas.

Sont également à classer dans les IST les infestations par des poux de pubis (les morpions) ou la gale (qui touche également d’autres parties du corps). Certaines IST se transmettent uniquement par voie sexuelle (gonorrhée, chlamydiose), d’autres se transmettent également par d’autres voies (VIH, hépatite B).

Des infections très différentes, mais toutes transmises par voie sexuelle

Autre grande différence entre les IST, certaines passent totalement inaperçues, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, car elles sont asymptomatiques, tandis que d’autres provoquent des symptômes génitaux, chez les hommes et/ou chez les femmes. Par exemple, l’infection par le VIH ne provoque aucun signe caractéristique, alors que la gonorrhée se traduit par un écoulement.

Le dépistage des IST symptomatique est donc plus facile que celui des IST asymptomatiques, alors même que la gravité et les conséquences de ces infections ne sont pas liées à l’intensité des signes cliniques. Dans tous les cas, il est important de dépister les IST, car presque toutes ont des conséquences plus ou moins graves sur la santé :

  • Des signes cliniques gênants au niveau de la sphère génitale ;
  • Des atteintes non génitales, par exemple dans l’infection par le VIH ou la syphilis ;
  • Un risque de développer un cancer, notamment dans le cas des infections à Papillomavirus, qui sont une cause importante de cancers du col de l’utérus chez la femme, mais aussi de cancer de la région ano-génitale chez l’homme ;
  • Une atteinte de la fertilité, en particulier chez les femmes, lorsque l’infection non traitée se propage dans l’appareil génital ;
  • Un risque de complications materno-fœtales, en cas d’IST pendant la grossesse, par exemple en cas d’herpès génital, qui constitue une indication de césarienne pour éviter toute transmission du virus au nouveau-né.

Pour toutes les IST, la prévention et le dépistage sont essentiels

Le dépistage repose sur les signes cliniques, quand ils existent. Chaque IST est associée à des signes cliniques différents, verrues, écoulement de différentes couleur, troubles urinaires, …, ce qui permet d’orienter le médecin ou la sage-femme vers l’IST en cause. Il est fréquent que certaines IST soient associées et la découverte d’une IST nécessite le dépistage systématique des autres IST. Selon l’agent pathogène en cause, les traitements sont très différents, des traitements antibiotiques contre les infections bactériennes, des traitements antiviraux contre les infections virales, des traitements antiparasitaires contre les infections parasitaires.

La prévention est le meilleur moyen de lutter contre les IST et leurs conséquences sur la santé. Le préservatif masculin est le seul moyen qui permet de prévenir efficacement toutes les IST, exceptés l’herpès génital et les papillomavirus. Pour les papillomavirus, la vaccination des garçons et des filles à l’adolescence est essentielle pour réduire le risque de cancer lié à cette infection. Pour toutes les IST, il faut retenir que les hommes comme les femmes peuvent être porteurs asymptomatiques d’une IST et qu’il est donc essentiel de se faire dépister, de se protéger et de traiter les IST pour protéger son ou ses partenaires.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Maladies et infections sexuellement transmissibles. ameli.fr. Consulté le 9 novembre 2022.
– Infections sexuellement transmissibles (IST). who.int. Consulté le 9 novembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *