25 mesures phares du plan Priorité Prévention

Apr 3, 2018 par

Le 26 mars 2018, le gouvernement a dévoilé un nouveau plan de santé publique axé sur la prévention. Faisant intervenir différents ministères (de la santé bien sûr, mais aussi du sport, de l’écologie ou encore de la défense), ce plan Priorité Prévention se décline en 25 mesures phares s’adressant à la population française, de la conception à l’âge mur, sans oublier les personnes en situation de handicap. Santé sur le Net vous présente comment le gouvernement entend nous faire « rester en bonne santé tout au long de la vie ».

santé de la famille et la plan Priorité Prévention du gouvernement

Avant la naissance

1. Supplémentation des femmes enceintes ou en désir de maternité en vitamine B9. Cette mesure devrait permettre de diminuer le nombre de malformations de la moelle épinière du nouveau-né.

2. Mieux sensibiliser les femmes enceintes pour les inciter à arrêter le tabac et la consommation d’alcool. Dans ce but, la taille du pictogramme « interdit pendant la grossesse » sur les bouteilles de vins ou d’alcools sera augmentée. Des messages clefs sur les pratiques à risque (tabac, alcool, cannabis) seront dispensés tout au long de la grossesse.

3. Informer la population, et en particulier les femmes enceintes, sur les risques des produits chimiques courants, via un nouveau site internet (fin 2018). Ces informations sur les produits chimiques (notamment les perturbateurs endocriniens) seront accompagnées de conseils pour s’en prémunir.

Pendant l’enfance et l’adolescence

4. Mettre en place un parcours santé de 0 à 6 ans. Ce parcours a pour but de lutter contre les inégalités de santé liées aux inégalités sociales. La nouvelle version du carnet de santé disponible au 1 er avril 2018 a été déployée dans le cadre de ce parcours.

5. Prévenir le surpoids et l’obésité des enfants par l’activité physique. Testée dans 4 départements, cette mesure devrait passer par la prescription de séances d’activité physique par le médecin traitant.

6. Renforcer l’offre de soins outre-mer pour réduire les inégalités territoriales. Des postes d’« assistants spécialistes outremer » devraient être créés pour les jeunes médecins en fin d’internat.

7. Promouvoir la santé des écoliers. L’école devra assurer le bien-être des élèves et promouvoir la prévention par des actions tant individuelles que collectives.

8. Prévention des risques auditifs. Il s’agit de sensibiliser les plus jeunes sur les risques lors d’écoute des musiques amplifiées. Un dépistage des troubles auditifs sera réalisé lors de la visite médicale de la 16ème année.

9. Expérimenter dans quelques régions un « PASS préservatifs » pour les moins de 25 ans afin de combattre la propagation des IST (Infections Sexuellement Transmissibles).

10. Renforcer les « consultations jeunes consommateurs » pour lutter contre la consommation d’alcool ou de drogue et éviter le passage à la dépendance. Les consultations jeunes consommateurs sont de lieux d’accueil et d’écoute répartis sur tout le territoire.

11. Proposer systématiquement un accompagnement spécialisé des jeunes admis aux urgences ou hospitalisés après un épisode d’alcoolisation massive.

12. Former 80 % de la population aux gestes de premiers secours. Actuellement, seulement 20 % des Français sont formés. Cette formation sera adaptée à l’âge des
apprenants.

13. Former les étudiants à savoir réagir face à une détresse psychique : entrer en contact, soutenir et orienter un camarade.

À l’âge adulte 25-65 ans

14. Passer du forfait au remboursement classique pour les médicaments d’aide à l’arrêt du tabac. Actuellement, il existe un forfait d’aide au sevrage de 150 Euros pour rembourser les traitements favorisant l’arrêt du tabac. Avec le plan, ces médicaments seront remboursés comme les autres. La cigarette est responsable de 73 000 décès par an.

15. Éliminer l’hépatite C d’ici 2025, en intensifiant les actions de prévention et de dépistage auprès des publics à risque.

16. Mettre en route le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus. Ce dépistage se réalise à l’aide d’un simple frottis vaginal. Ce sera le 3ème grand dépistage organisé avec celui du cancer du côlon et du cancer du sein.

17. Généraliser la vaccination contre la grippe par les pharmaciens. Une première expérience de vaccination antigrippale dans les officines s’étant révélée positive pour l’hiver 2017-2018, le gouvernement prévoit de généraliser ce procédé pour 2019.

18. Étendre le Nutri-Score à la restauration collective et commerciale et aux produits alimentaires manufacturés non préemballés. Le Nutri-score est un logo qui permet de connaître la qualité nutritionnelle d’un aliment.

19. Inciter les industriels de l’agroalimentaire à réduire la teneur en sel de leurs produits pour réduire la consommation de 20 % dans la population française et combattre AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) et maladies cardio-vasculaires.

20. Mobiliser les industriels pour réduire l’exposition des consommateurs aux perturbateurs endocriniens et développer l’information au grand public.

21. Demander aux fédérations sportives de diffuser des messages de prévention et de promotion de la santé lors de leurs manifestations qui touchent un large public.

À 65 ans et plus

22. Repérer les personnes âgées isolées ou précaires et déployer auprès d’elles des missions de service civique portées par des bénévoles.

23. Prévenir la perte d’autonomie grâce à la systématisation d’un bilan de santé au moment du départ à la retraite. De plus, 15 millions d’Euros seront injectés dans les EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) pour prévenir la perte d’autonomie ou l’aggravation de l’état de santé des résidents.

24. Organiser les soins bucco-dentaires en EHPAD.

Que prévoit le plan Priorité Prévention pour les personnes en situation de handicap ?

25. Mieux prendre en compte les besoins de santé des personnes en situation de handicap. Les personnes handicapées ont des besoins en santé supérieurs à ceux de la population générale. Partant de ce constat, le plan prévention prévoit différentes mesures pour faciliter l’accès au soin et un bilan de santé au moins une fois par an.

Ces 25 mesures phares seront complétées par le déploiement d’un service sanitaire obligatoire pour les étudiants de santé. Ce service devrait permettre à quelques 48 000 futurs médecins, infirmiers ou sages-femmes de dispenser des messages de prévention dans les établissements scolaires et universitaires.

Isabelle V., journaliste scientifique

– Priorité Prévention – http://solidarites-sante.gouv.fr Consulté le 30 mars 2018.
Isabelle V.
Journaliste scientifique
Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.
Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.