La semaine santé en bref #14 : SMECTA, Levothyrox…

Actualités Autres maux (enfants) Cancers féminins Maladies auto-immunes Santé au quotidien (maux quotidiens) Troubles alimentaires

Rédigé par Estelle B. et publié le 7 mars 2019

Chaque semaine, Santé Sur le Net choisit pour vous 5 actualités santé, à ne pas rater :

brèves santé

Pas de SMECTA® avant l’âge de 2 ans !

L’ANSM alerte les parents sur l’utilisation des médicaments à base d’argiles extraites du sol, comme la diosmectite chez les enfants de moins de 2 ans. Ces médicaments, disponibles sans prescription médicale, sont classiquement utilisés pour traiter la diarrhée aiguë. Ils ne doivent pas être utilisés chez les jeunes enfants, même sur quelques jours, en raison de la présence possible de petites quantités de plomb. La prise en charge de la diarrhée aiguë de l’enfant repose sur des mesures hygiéno-diététiques et sur l’administration de SRO (Solutés de Réhydratation Orale).

Lire aussiDiarrhée aiguë de l’enfant : attention aux idées reçues !

Le tribunal d’instance de Lyon a rendu son jugement dans l’affaire du Levothyrox®

En 2017, le changement de formule du Levothyrox®, l’un des médicaments les plus prescrits dans le traitement des troubles thyroïdiens, avait fait couler beaucoup d’encre. Un collectif de 4 113 patients avait assigné le laboratoire pharmaceutique Merck pour « défaut d’information ». Le 5 mars 2019, le tribunal d’instance de Lyon chargé de ce dossier a rendu son jugement et débouté l’ensemble des patients, considérant que le laboratoire avait respecté le cadre réglementaire en vigueur.

Lire aussiL’ancienne formule de Levothyrox (Euthyrox) pour l’année 2019 ?

La semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose

Du 4 au 11 mars, se tient la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose. Pour cette occasion, l’association Info-endométriose va diffuser sur les réseaux sociaux et dans les cinémas une série de six courts-métrages, inspirés des témoignages de patientes atteintes de la maladie. L’objectif est de mieux faire connaître cette maladie chronique auprès du grand public et d’améliorer sa prise en charge, notamment en facilitant le diagnostic.

Lire aussiÉtude ComPaRe : un premier grand succès avec l’endométriose

Une proposition de loi pour mieux informer les femmes atteintes d’un cancer du sein

Chaque année, près de 60 000 nouveaux de cancer du sein sont recensés en France. Alors que la mastectomie (ablation du sein) reste l’un des principaux traitements de la maladie, seulement 20 à 30 % des femmes ont recours à une reconstruction mammaire après la chirurgie. Cette semaine, le Sénat a adopté une proposition de loi pour renforcer l’information des femmes atteinte d’un cancer du sein sur la reconstruction mammaire. Grâce à ce nouveau texte, les médecins auraient l’obligation d’informer leurs patientes sur les possibilités de reconstruction mammaire.

Lire aussiCancer du sein : la goséréline contre la ménopause post-chimiothérapie

Un second cas dans le monde de rémission d’un patient infecté par le VIH

Il y a douze ans était annoncée la première guérison d’un patient infecté par le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). Un second cas vient d’être révélé dans la revue scientifique Nature. Le patient, infecté par le VIH et également atteint d’un cancer hématologique, a été traité par une greffe de moelle osseuse. Depuis, le virus reste parfaitement indétectable dans l’organisme du patient, et ce malgré l’arrêt de tout traitement antirétroviral depuis 18 mois. Les spécialistes du VIH s’intéressent de près à ce nouveau cas.

Lire aussiVIH : pas à pas vers un vaccin contre le virus

Rendez-vous la semaine prochaine, pour les prochaines actualités du monde de la santé !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.