Intérêt du régime méditerranéen pour le succès d’une FIV

Feb 25, 2018 par

Selon les années, le taux moyen de réussite d’une FIV varie entre 25 et 30 %. Les couples qui ont recours à cette technique de PMA souhaitent mettre toutes les chances de leur côté pour réaliser leur souhait de devenir parents. Si un certain nombre de facteurs sont connus pour influencer le déroulement de la FIV, quelle est l’influence de l’alimentation ? Une récente étude s’est penchée sur le potentiel intérêt du régime méditerranéen.

régime méditerranéen FIV

Pour une FIV réussie

Parmi les techniques de procréation médicalement assistée (PMA), la Fécondation In Vitro (FIV) est l’une des plus fréquentes en France. Mais en moyenne, environ 1 FIV sur 4 aboutit à une grossesse et seulement 1 sur 5 à une naissance. Quels sont les facteurs qui déterminent le succès d’une FIV ? Cette question est capitale pour tous les couples qui y ont recours pour devenir parents.

En pratique, il est très difficile d’estimer à l’avance les chances de réussite d’une FIV. Une multitude de facteurs semblent contribuer au succès ou à l’échec d’une telle technique. Parmi ces facteurs, certains sont déjà reconnus par les spécialistes, notamment :

  • L’âge de la femme : avant 35 ans, le taux de grossesse est supérieur ;
  • La nature du problème d’infertilité et donc le type de traitement utilisé pour la stimulation ovarienne ;
  • Le tabagisme aussi bien chez l’homme que chez la femme : le tabac altère d’une part la qualité du sperme et d’autre part la réserve des ovocytes ;
  • Le surpoids et l’obésité : l’excès de poids réduit les chances de succès de la FIV.

Si les couples ne peuvent en aucun cas agir sur certains facteurs (origine de l’infertilité, âge), ils peuvent mettre toutes les chances de leur côté sur deux points :le tabagisme en arrêtant tous les deux de fumer et la surcharge pondérale en limitant la prise de poids.

L’intérêt du régime méditerranéen

Limiter au maximum la surcharge pondérale constitue un atout pour la réussite d’une FIV. Une alimentation saine et équilibrée est donc fortement recommandée à tous les couples ayant recours à la PMA. Dans ce contexte, une récente étude s’est penchée sur l’intérêt potentiel du régime méditerranéen chez les femmes, avant une FIV.

Dans cette étude, ont été incluses 244 femmes non obèses, âgées de 22 à 41 ans, et ayant subi une première FIV entre novembre 2013 et septembre 2016. Leur adhésion au régime méditerranéen a été évaluée grâce à un score spécifique, le MedDietScore. Compris entre 0 et 55, ce score est d’autant plus élevé que les femmes adhèrent mieux au régime méditerranéen.

Le régime méditerranéen, également appelé le régime crétois ou la diète méditerranéenne, regroupe les pratiques alimentaires traditionnelles des pays du pourtour méditerranéen. Ces pratiques se caractérisent par :

  • Une consommation abondante de fruits (frais et secs), de légumes, d’herbes aromatiques et de légumineuses ;
  • Une abondance de céréales ;
  • L’utilisation de l’huile d’olive comme principal corps gras ;
  • Une consommation modérée mais diversifiée de produits laitiers et d’œufs ;
  • Une consommation modérée de vin ;
  • Une consommation limitée de poissons ;
  • Une faible consommation de viande, particulièrement de viande rouge.

Plusieurs études antérieures ont souligné les bénéfices d’un tel régime sur la santé, notamment :

De meilleures chances de succès des FIV

Les résultats de cette étude ont récemment été publiés dans la revue scientifique Human Reproduction. Chez les femmes qui suivent scrupuleusement le régime méditerranéen, les taux de grossesse et de naissance suite à une FIV étaient plus importants que chez les femmes n’ayant pas ou peu adhéré à un tel mode d’alimentation.

Chez les femmes âgées de moins de 35 ans, une augmentation de 5 points du score MedDietScore était associée à une probabilité multipliée par 2,7 de parvenir à une grossesse et à une naissance viable.

Cette étude suggère que le suivi d’un régime méditerranéen dans les six mois qui précèdent une tentative de FIV augmente notablement les chances de succès de la PMA. Selon les auteurs, ces résultats ne seraient cependant pas généralisables à l’ensemble des femmes ayant recours à la PMA. Néanmoins, ils soulignent l’importance du mode de vie et en particulier de l’alimentation sur la réussite d’une tentative de FIV.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– LES FACTEURS DE SUCCÈS D’UNE FIV VUS PAR UN BIOLOGISTE. Fiv.fr. Consulté le 5 février 2018.
– Adherence to the Mediterranean diet and IVF success rate among non-obese women attempting fertility. Karayiannis, D. and al. 2018. Hum Reprod. doi:10.1093/humrep/dey003.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.