Patient opéré d'une péritonite

La péritonite, ou péritonite aiguë, correspond à une inflammation du péritoine, la membrane qui délimite la cavité abdominale. Souvent d’origine infectieuse, localisée ou généralisée, cette affection constitue une urgence médico-chirurgicale, exigeant un diagnostic rapide. Provoquant des symptômes abdominaux, mais aussi extra-abdominaux, elle peut conduire à un choc septique pouvant mettre en jeu le pronostic vital du patient. La prise en charge doit être instaurée en urgence et nécessite généralement une intervention chirurgicale immédiate et des traitements médicamenteux spécifiques.

Définitions et symptômes de la péritonite

Qu’est-ce qu’une péritonite ?

La péritonite se définit comme une inflammation aiguë du péritoine, associant trois phénomènes principaux :

  • Un œdème de la zone touchée du péritoine, la péritonite pouvant être localisée ou généralisée ;
  • Un afflux sanguin au niveau de la zone abdominale touchée ;
  • Une hypersécrétion avec infiltration de liquide dans la cavité péritonéale.

À savoir ! Le péritoine est la membrane, qui tapisse l’abdomen, le pelvis et les viscères, délimitant un espace virtuel appelé la cavité péritonéale
Les organes de la cavité péritonéale

La cause la plus fréquente de péritonite est l’infection. Les spécialistes classent les péritonites en trois catégories principales :

  • Les péritonites primaires sont provoquées par une infection bactérienne. Les plus observées sont les suivantes :
    • L’infection d’ascite (accumulation de liquide dans la cavité péritonéale) chez le sujet atteint de cirrhose hépatique ;
    • L’infection à staphylocoque chez les sujets sous dialyse péritonéale  ;
    • Une infection à pneumocoque de l’adulte ;
  • Les péritonites secondaires sont les plus fréquentes (90 % des cas) et sont dues à la diffusion d’une infection abdominale ou à la perforation d’un viscère digestif. Il existe de multiples situations susceptibles de provoquer une péritonite secondaire, parmi lesquelles :
  • Les péritonites tertiaires correspondent à des infections abdominales persistantes suite à un traitement adapté. Les agents pathogènes responsables sont progressivement devenus résistants aux traitements. Ce type de péritonite s’observe principalement chez les personnes présentant des défaillances au niveau de plusieurs organes.

Les péritonites peuvent toucher les hommes comme les femmes et survenir à tous les âges de la vie, même chez le jeune enfant et le nourrisson.

À savoir ! Chez le jeune enfant, la principale cause de péritonite est la complication d’une appendicite. Chez les nourrissons, les péritonites sont rares et sont généralement provoquées par une entérocolite du prématuré. La paroi digestive est infectée par des bactéries, qui entraînent une perforation de la paroi digestive et une péritonite septique. Enfin, certaines péritonites peuvent survenir avant la naissance (péritonite anténatale), avec la libération de méconium (excréments accumulés dans l’intestin du fœtus) dans la cavité péritonéale.

Quels symptômes ?

Homme qui a des douleurs au ventre signe de péritoniteLa péritonite aiguë se présente généralement par un syndrome occlusif fébrile, c’est-à-dire qui associe :

  • Des signes d’altération de l’état général et d’infection :
    • Une fièvre élevée ;
    • Une perte d’appétit ;
    • Des pleurs chez l’enfant ;
  • Des signes d’occlusion intestinale :
    • Une contraction rigide et permanente des muscles de la ceinture abdominale ;
    • Des douleurs abdominales à la palpation ;
    • Des douleurs brutales, intenses, localisées ou diffuses ;
    • Des nausées et des vomissements ;
    • Des troubles du transit intestinal (ballonnements, diarrhées).

Ces signes sont plus ou moins intenses selon les patients. Par exemple, les symptômes sont souvent atténués chez certaines catégories de patients :

  • Les personnes âgées ;
  • Les personnes dénutries ;
  • Les personnes immunodéprimées.

En revanche, les douleurs sont souvent très vives chez les jeunes enfants.

Selon la cause de la péritonite, des symptômes extra-digestifs peuvent être observés, tels que :

Ces signes extra-digestifs constituent des facteurs de gravité de la péritonite et peuvent entraîner des défaillances de plusieurs paramètres vitaux.

La principale complication de la péritonite est le sepsis, ou la septicémie et la défaillance progressive de plusieurs organes abdominaux. Le pronostic vital du patient est alors en jeu.

Diagnostic et traitements de la péritonite

Quel diagnostic ?

Culture bactérienne en laboratoireLa péritonite aiguë constitue une urgence médico-chirurgicale. Il est donc impératif de consulter en urgence un médecin, pour que l’inflammation et son origine soient rapidement diagnostiquées. Le diagnostic est généralement clinique, à partir :

  • Des signes cliniques évocateurs ;
  • De l’auscultation clinique et notamment de la palpation de la région abdominale.

L’objectif du diagnostic est multiple :

  • Confirmer l’existence d’une péritonite ;
  • Rechercher la cause de l’inflammation et de l’infection ;
  • Rechercher des signes de gravité, notamment des symptômes extra-digestifs.

Dans le cadre de ce diagnostic, le médecin et le gastro-entérologue peuvent prescrire différents examens complémentaires :

  • Des examens biologiques destinés à évaluer la gravité de la péritonite :
    • Un bilan de la fonction rénale ;
    • La mise en évidence de troubles hydro-électrolytiques (déshydratation, déséquilibres ioniques) ;
    • Une Numération formule sanguine (NFS) ;
    • Le dosage des marqueurs de l’inflammation (protéine C-réactive, procalcitonine) ;
  • Des examens d’imagerie pour évaluer la localisation et l’étendue de l’inflammation et pour visualiser les infiltrations de liquide dans la cavité péritonéale :
    • Une radiographie abdominale ;
    • Une échographie abdominale ;
    • Un scanner abdominal.

Quels traitements ?

La péritonite aiguë représente une urgence médico-chirurgicale. Sans traitement adapté, elle peut évoluer vers une atteinte généralisée de la cavité abdominale et entraîner le décès du patient.

La prise en charge en urgence repose principalement sur une intervention chirurgicale pour remédier à la cause de l’inflammation ; par exemple, la réparation d’une perforation d’ulcère ou de paroi digestive, une appendicectomie en cas d’appendicite ou encore l’ablation d’une tumeur abdominale. L’intervention chirurgicale permet également de laver la cavité péritonéale, pour stopper toute progression de l’infection, et de drainer les liquides et épanchements infectieux.

À savoir ! Dans les formes les plus graves de péritonite, des soins de réanimation (pose d’une sonde naso-gastrique, pose d’une voie veineuse périphérique ou centrale, sonde urinaire, monitoring) peuvent être nécessaires pour maintenir les fonctions vitales avant et après la prise en charge chirurgicale de l’inflammation. Dans le cas des péritonites tertiaires, la présence d’agents pathogènes multi-résistants peut rendre impossible la réalisation d’une opération chirurgicale

Par ailleurs, des traitements médicamenteux sont immédiatement instaurés :

  • Une antibiothérapie, par voie orale ou intraveineuse, est mise en place pour toutes les péritonites associées à une cause infectieuse, avec des médicaments antibiotiques adaptés à l’agent infectieux en cause ;
  • Un traitement antalgique adapté à la nature et à l’intensité des douleurs ;
  • La rééquilibration des éventuels troubles ioniques.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Chapitre 29 : Item – 275 – Péritonite aiguë. ABREGE D’HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition – Partie « Connaissances » snfge.org. Consulté le 5 février 2021.
– Question N° 352. Péritonite aiguë chez lʼenfant. Collège Hospitalier et Universitaire de Chirurgie Pédiatrique. college-chirped.fr. Consulté le 5 février 2021.