Médecin préparant un patient pour un ionogramme

Un ionogramme est une analyse biologique permettant de connaître la concentration des divers ions (molécules chargées positivement ou négativement) dans un liquide. Le résultat se présente sous la forme d’une liste d’ions et de leur concentration contenus dans le liquide organique étudié (souvent le sang ou les urines). Cet examen est totalement indolore et sans danger puisqu’il est réalisé à partir d’échantillon sanguin (prélevés par une prise de sang) ou urinaire (recueil des urines de 24 heures) la plupart du temps. Le médecin prescripteur de l’examen est ensuite capable d’analyser les résultats afin de prescrire un traitement adapté à l’affection suspectée ou des examens complémentaires pour pousser les investigations.

Définition et objectifs

Un ionogramme est un examen médical permettant d’évaluer la concentration d’électrolytes contenus dans le sang (le plus fréquent) ou tout autre liquide du corps, par exemple les urines, le liquide céphalo-rachidien, les liquides d’épanchement, etc. Les résultats sont exprimés en milliéquivalents par litre ou en millimolles par litre.

Un ionogramme comprend le dosage de divers ions chargés positivement comme le sodium (Na+), le potassium (K+), le calcium (Ca2+) ou le magnésium (Mg+) ou négativement comme le chlore (Cl-) ou les bicarbonates (HCO3-) présents dans l’échantillon de liquide étudié.

Les principaux ions dosés dans un ionogramme sanguin sont les ions sodium, potassium et chlore. Ces trois ions sont, en effet, impliqués dans le maintien de la pression osmotique, autrement dit la pression minimale nécessaire pour la filtration de certaines molécules. Ces mêmes ions participent également à l’équilibre acido-basique de l’organisme (hydratation).

L’objectif d’un ionogramme sanguin est de contrôler les fonctions rénales, digestives et/ou respiratoires du patient. Il peut être prescrit pour diagnostiquer les maladies qui perturbent l’équilibre hydro électrolytique (composition en ions et en eau) de l’organisme : les diarrhées, oedèmes, insuffisance rénale, déshydratation, etc. Cet examen est également utile pour suivre l’évolution ou évaluer la gravité de telles pathologies, ou encore pour s’assurer de l’innocuité d’un traitement. Un ionogramme est également souvent prescrit dans le cadre d’un bilan de contrôle.

A noter qu’un ionogramme urinaire est souvent prescrit en complément d’un ionogramme sanguin afin de vérifier l’état de la fonction rénale ou surrénalienne.

L’objectif d’un ionogramme urinaire est de mesurer les concentrations d’électrolytes (essentiellement le sodium et le potassium) dans les urines. En cas d’anomalie ionique, son analyse permet de quantifier l’apport en sodium et d’étudier la manière dont le rein s’adapte. Cet examen est utilisé pour diagnostiquer une hypokaliémie ou une hyponatrémie.

Déroulement de l’examen

Le jour du rendez-vous pour la prise de sang, il est indispensable de se munir de l’ordonnance de prescription, de la carte vitale et de la carte de mutuelle.
Echantillon urinaire dans le cadre d'un ionogrammeUn ionogramme sanguin requiert la réalisation d’une ponction veineuse (prise de sang) dans le pli du coude réalisé directement dans un laboratoire d’analyses ou en cabinet médical ou infirmier. Le tube collecté est ensuite envoyé au laboratoire pour que le prélèvement soit analysé. L’examen ne nécessite pas que le patient soit à jeun. En revanche, il est recommandé d’indiquer toute prise de traitement.

Un ionogramme est un examen de routine qui ne comporte aucun risque grave. Un hématome peu parfois se former au point de prélèvement, mais celui-ci se résorbe spontanément en quelques jours.

Il n’existe aucune contre-indication au ionogramme.

Un ionogramme urinaire ne nécessite aucune préparation particulière. Il suffit juste de récupérer à la pharmacie un récipient permettant le recueil des urines sur 24 heures. Il faut ensuite apporter les urines au laboratoire d’analyses le plus proche.