pneumonie

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?pneumopathie

Il est conseillé de consulter un médecin rapidement, en cas :

  • De fièvre élevée associée à une toux avec des crachats jaunâtres, verts, rouille ou sanglants ;
  • De fièvre importante avec des troubles digestifs et des douleurs (abdominales ou musculaires) ;
  • De douleur dans la poitrine qui s’aggrave lors de respirations profondes ;
  • De difficultés à respirer ;
  • De confusion ;
  • D’aggravation d’une pathologie virale (rhume, bronchite, grippe) ;
  • De maladie chronique, surtout pulmonaire comme la mucoviscidose ou la BPCO.

Le diagnostic d’une pneumopathie repose sur l’analyse des symptômes du patient, ses éventuels antécédents, et l’examen clinique, notamment la recherche de bruits anormaux au niveau pulmonaire.

Des examens complémentaires peuvent être nécessaires, par exemple une prise de sang lorsque le médecin suspecte une infection bactérienne.

Une radiographie du thorax permet de confirmer le diagnostic.

Quel traitement ?

pneumopathieLe traitement des pneumonies d’origine bactérienne repose sur l’utilisation d’antibiotiques. Il doit être mis en place le plus rapidement possible. L’antibiotique choisi dépend de la bactérie en cause (ou suspectée), de l’état de santé général du patient et de la sévérité de la pneumonie.

Le traitement de première intention est l’amoxicilline (éventuellement en association avec l’acide clavulanique), la spiramycine ou la pristinamycine.

Normalement, avec un traitement antibiotique adapté, la fièvre doit tomber rapidement, et la pneumonie évolue vers la guérison en une quinzaine de jours. Des complications nécessitant une hospitalisation peuvent parfois survenir : une septicémie, un abcès pulmonaire, une pleurésie (présence anormale de liquide entre les deux feuillets de la plèvre, membrane pulmonaire), la décompensation d’une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque, etc.).

À savoir ! Pour préserver l’efficacité d’un antibiotique, il faut :

  • Respecter les doses prescrites et la durée de traitement ;
  • Ne pas arrêter le traitement trop tôt, même en cas d’amélioration de l’état de santé ;
  • Ne pas donner son traitement à quelqu’un d’autre, même si les symptômes sont les mêmes ;
  • Rapporter à la pharmacie le reste du traitement antibiotique, une fois celui-ci terminé.

Pour lutter contre la fièvre, le médecin peut prescrire un antipyrétique (paracétamol). En complément, il est conseillé au patient de boire régulièrement pour éviter la déshydratation, de porter des vêtements légers et de se reposer.

Par ailleurs, quelques gestes d’hygiène peuvent être adoptés par le patient afin de limiter la diffusion des germes :

  • Limiter les contacts avec l’entourage ;
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique ;
  • Se couvrir le nez et la bouche pour tousser ;
  • Limiter le partage des objets de la vie quotidienne avec un malade (couverts, etc.).

Prévention

La majorité des pneumonies étant d’origine infectieuse, et plus particulièrement dues au pneumocoque, la prévention repose sur la vaccination.

La vaccination contre le pneumocoque est obligatoire pour tous les nourrissons nés après le 1 er janvier 2018.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Pneumonie. AMELI. Consulté le 22 janvier 2020.